Par hazard, 6 ans plus tard..

Vincent Gerbet revient à un moment charnière de la vie de notre atelier, immortaliser avec son œil aiguisé ce que fut pour nous ces dernières années..

speaker_group Catégorie Notre histoire
Documentaire de Vincent Gerbet au sujet de HiFi Store Paris

Je me souviens très bien de ma rencontre avec Aimad ! Et pour cause, c’est avec, et grâce à lui que j’ai réalisé mon premier reportage vidéo !
Nous étions alors fin 2016, en reconversion professionnelle, j’effectuais une formation de photojournalisme; la photo et l’image en général avaient comme une dette envers moi.

Mon angle de reportage était « l’obsolescence programmée » des produits manufacturés, notion qu’aucun constructeur n’osait assumer officiellement. Je cherchais un domaine pour l’illustrer et il y a 6 ans, ce sujet faisait davantage polémique qu’aujourd’hui ! Car c’était un secret de Polichinelle, les produits qui sortaient d’usine étaient moins fiables qu’auparavant. Même un « jeune » comme moi, né au début des années 70, pouvait en témoigner. De l’électro-ménager grand public aux matériels plus spécifiques, les produits de mon enfance étaient conçus pour durer. Je me suis notamment souvenu des enceintes « Cabasse » de mes parents, lesquelles, près de 40 après, trônent encore fièrement dans le salon de ma maman !

J’avais mon angle et mon sujet, les matériels HiFi du XXe siècle sont le contre-exemple de l’obsolescence programmée ! Je n’avais plus qu’à trouver un réparateur... Il n’y avait plus beaucoup d’acteurs sur Paris et sa banlieue, c’était déjà une niche. J’ai passé quelques « coups de fil » depuis mon 12e téléphone mobile (?), jusqu’à tomber sur un homme à l’excellente réputation, mais beaucoup trop pressé pour pouvoir m’accorder du temps... En insistant un peu, il m’a parlé d’Aimad, « un petit jeune travailleur et passionné » qui venait de créer son atelier de réparation. Ne me restait plus qu’à entrer en contact avec lui.

Rendez-vous pris, Aimad m’a ouvert les portes de son atelier du Pré Saint-Gervais et j’ai pu réaliser mon sujet, tout simplement. J’ai dû passer 2-3 demies-journées en sa compagnie. Il s’est volontiers prêté au jeu, avec sérieux et concentration, non sans quelque appréhension ! À sa table de réparation, ou devant son impressionnant mur d’amplificateurs, il m’a démontré comment et pourquoi les matériels HiFi des années
50, 60, 70 et même 80 étaient réparables, et surtout élaborés pour qu’ils le soient !

Mon reportage, terminé et monté, avait reçu une bonne critique de la part de mes profs. Et Aimad était aussi content du résultat; il m’avait même concédé n’avoir jamais eu autant de vues sur son Facebook ! Quant à moi, j’étais aussi très satisfait de mon premier job vidéo, et j’y avais même pris beaucoup de plaisir. D’autant que maîtriser la vidéo allait devenir un véritable atout professionnel, en plus du photojournalisme...

Puis le temps a passé, plus ou moins vite. Avec Aimad, on s’est perdu de vue pendant quelques années. Mais je gardais un bon souvenir du personnage. Son calme apparent m’avait frappé, même si j’avais décelé comme un bouillonnement à l’intérieur. Ce jeune homme de 30 ans passionné de jazz était très ambitieux, tant pour la qualité de ses réparations que pour l’avenir qu’il se dessinait. J’avais su qu’il avait déménagé son atelier pour s’installer dans Paris. Il m’avait invité à l’occasion de son inauguration début 2019, je n’avais malheureusement pu m’y rendre. Mais il était resté dans un coin de ma tête, et pas seulement parce que je possède une vieille platine valise des années 50 à réparer ! Surtout parce qu’il laisse rarement indifférent je pense...

C’est à l’occasion d’un travail régulier dans le 18e arrondissement, qu’un soir de décembre dernier, je me suis décidé à faire un détour par le numéro 39 de la rue Marcadet. J’y ai découvert HiFi Store, un atelier bien organisé mais bien plus petit qu’au Pré Saint-Gervais, et de nouvelles têtes. J’ai rencontré Nicolas, le collaborateur d’Aimad, devenu son « binôme » et Tom, venu étoffer l’équipe depuis quelques mois. Et j’ai revu Aimad, avec son petit sourire en coin, signe qu’il m’a tout de suite reconnu. On a discuté comme de vieux amis, en retraçant nos vies chacun depuis cinq ans... Puis il m’a fait part de ses projets à court terme, l’agrandissement de son équipe qui devrait nécessiter un nouveau déménagement, l’association envisagée avec un acteur important de la création musicale...

Beaucoup de nouveautés à venir donc, tandis qu’il n’avait pas chômé depuis notre première rencontre ! Je ne sais plus exactement lequel de nous deux a eu l’idée en premier, mais on s’est très rapidement mis d’accord pour que je fasse le second volet de la belle histoire en vidéo. Mais cette fois-ci, « tu peux aller jusqu’à trente minutes » s’il le faut !

La suite à découvrir dans mon documentaire HiFi Store Paris ! Et à ce rythme-là, on peut même oser imaginer la réalisation d’un biopic en 2027, long-métrage qui s’appellerait Regata modèle 87.

À suivre...

Vincent Gerbet

HiFi Store Paris de Gerbet Vincent sur Vimeo.